Contraception masculine : au tour des hommes

  • Ajoutée Il y a 2 ans

    Les couilles sur la tableLes couilles sur la table

    Durée: 36:46

    Éviter une grossesse non souhaitée devrait à priori concerner tout autant les hommes que les femmes engagés dans un rapport hétérosexuel… Pourtant, la responsabilité contraceptive est aujourd’hui principalement prise en charge par des femmes. Où en est l’offre de contraception masculine ? La pilule pour homme, c’est pour bientôt ? Pourquoi la vasectomie (stérilisation masculine) est-elle cinquante fois plus utilisée au Royaume-Uni qu’en France ? Quels tabous culturels pèsent sur les liens faits entre fertilité et virilité ?
    Réponses avec Cécile Ventola, autrice d’une thèse qui compare la contraception masculine dans les systèmes de santé en France et en Angleterre.
    CHIFFRES ET RÉFÉRENCES
    “Prescrire, proscrire, laisser choisir : Autonomie et droits des usagers des systèmes de santé en France et en Angleterre au prisme des contraceptions masculines”, la thèse soutenue par Cécile Ventola en 2017.
    En France, parmi les femmes exposées au risque de grossesse, 70% ont recours à des méthodes féminines (41% prennent la pilule, 23% un stérilet…) contre 15,5 % ayant recours au préservatif, selon l'enquête FECOND 2010 menée par l’INED. En 2012, 38% des grossesses dans le monde n’ont pas été désirées.
    Et en musique : la chanson de la vasectomie dans la série “Family Guy”, et “Le sperme est sacré”, la chanson culte du film “Le Sens de la Vie” des Monty Python.
    RECOMMANDATION DE L’INVITÉE
    Cécile Ventola recommande de lire la série de comics Y le dernier homme, par Brian K. Vaughan au scénario et Pia Guerra au dessin.
    CRÉDITS
    Les couilles sur la table est un podcast de Victoire Tuaillon, produit par Binge Audio. Production : Joël Ronez. Rédaction en chef : David Carzon. Réalisation : Quentin Bresson. Chargée d’édition et production : Camille Regache. Direction générale : Gabrielle Boeri-Charles. Direction artistique : Julien Cernobori. Éditrice : Albane Fily. Générique : Théo Boulenger.

maker a
maker a

Perso aucune méthode de contraception ne me convient à part l'abstinence.

Il y a 9 jours
Volbeck CZ
Volbeck CZ

Podcast super intéressant, on en parle trop peu ! Je serait intéressée pour un podcast sur les IST dans un registre similaire

Il y a 11 jours
Alice Deunadaz
Alice Deunadaz

ou sinon il y a la sodomie aussi comme "pratique sexuelle alternative" (mais c'est vrai que ça demande un "changement des mentalités")

Il y a mois
Alice Deunadaz
Alice Deunadaz

Donc en gros le programme et credo des féministes est de "simplement" renverser à terme (sur les hommes) la responsabilité de la contraception !? wow :-S quelle belle idée de l'égalité ...

Il y a mois
Juliette M-Jenkins
Juliette M-Jenkins

A noter que dans "The Meaning Of Life" des Monty Pythons, les voisins des "Roman Catholics" (qui chantent "Every Sperm Is Sacred") sont protestants et sont également moqués car ils critiques "les cathos qui ont un enfant à chaque rapport" mais eux-même n'ont eu que deux enfants...et deux rapports. Le mari fait alors l'apologie de "the rubber"(la capote) comme un droit universel et encouragé par l'Eglise protestante réformée... à re revoir ! https://www.youtube.com/watch?v=PDBjsFAyiwA

Il y a 2 mois
Elisa van Mal
Elisa van Mal

Merci pour toutes ces informations, je n'étais pas au courant avant. ^^

Il y a 2 mois
cricri
cricri

Alors, d'habitude j'apprécie vos podcast mais là... J'ai l'impression qu'au nom du féminisme vous passez à côté d'un sujet très important, que d'ailleurs la plupart des gens oublient souvent. Le développement en masse des maladies sexuellement transmissibles dans la société. Étant gay-queer mon seul moyen de contraception est la CAPOTE donc la vasectomie ne me parle pas du tout car j'en ai pas besoin. Ayant des discussions dans un milieu artiste, ouvert et conscient je suis souvent surpris quand je pose la question à mes potes (communauté LBGTQ-féministes); "que pensez vous de la contraception masculine?" tout le monde est pour; sans penser aux conséquences, je pense, qui seraient néfastes. C'est-à-dire, que quand je demande à mes potes filles "quel est votre plus grande peur quand vous baisez avec un mec sans capote?" elles me répondent toutes "de tomber enceinte" OK et donc n'avez vous pas peur de choper une infection? un virus, une hépatite? Perso étant homosexuel ma plus grande peur si jamais je n'utilise une capote avec un mec que je chope en soirée c'est de choper un truc. Le lendemain go me faire dépister. J'ai l'impression que pour qu'il y ait vasectomie faudrait être en couple depuis des années, avoir p-ê déjà des gosses, être dans la 40taine, dans un couple hétérosexuel qui peut se faire confiance à 100% sans qu'il y ait tromperie et qu'il y ait une loyauté inégalée. Chose utopique aha Allez proposer la vasectomie à des jeunes ou jeunes adultes 25/30 ans qui sortent encore en teuf, club etc "-T'as une capote? -non, mais c'est pas grave j'peux pas te mettre enceinte tqt je me suis fait faire une vasectomie -ah trop bien, vas-y alors" Là où la fille elle seule tombe enceinte se fait remplacer par ne plus tomber enceinte mais choper une maladie elle et le mec, qu'ils vont ensuite transmettre à d'autres partenaires et ainsi de suite... C'est difficile de balancer mais c'est mon point de vue et je trouve que ces blabla sont inutiles quand le seul moyen de contraception le plus efficace existe déjà depuis longtemps = LA CAPOTE. C'est abusé de tjrs vouloir trouver une échappatoire pour ne pas utiliser de capote et juste "kiffer" sans. Un embryon tu peux avoir le choix de l’avorter, une maladie non. La capote empêche les 2.

Il y a 3 mois
Méril
Méril

Le préservatif c'est la méthode pour se protéger des IST certes mais également une méthode de contraception. Évidemment que lorsqu'il s'agit d'une relation sexuelle avec un partenaire de passage ou dans une relation non exclusive c'est pas très sérieux de se passer du préservatif parce que les autres méthodes ne protègent pas des IST. Mais dans une relation stable dans laquelle il y a peu de risques de transmission d'IST (parce que monogamie) mais dans laquelle il y a toujours risque de grossesse non désirée la question d'un autre tu type de méthode de contraception se pose. La plupart des couples hétérosexuels passent par cette discussion à un moment de leur histoire. Et souvent l'homme pose cette responsabilité sur la femme (dans la logique que c'est son corps, c'est elle qui va tomber enceinte si ça échoue, c'est elle qui va décider d'avorter...). Mais ça commence à changer parce que de plus en plus d'hommes se sentent concernés par la contraception.

Il y a mois
Méluma Mala
Méluma Mala

Et en ce qui concerne la vasectomie au Québec un homme sur cinq y a eu recours . Donc évidement cela ne s applique pas à tout le monde mais bon c est déjà cela

Il y a 2 mois
Méluma Mala
Méluma Mala

Le préservatif m empêche pas les grosseses et présumer que les filles accepteront de coucher sans préservatif parce que in homme qu elles ne connaissent pas leur assure avoir fait une vasectomie c est assez peu probable . Surtout qu' une bonne partie pour les maladies justement refusent le sexe oral sans protection ( alors qu il est moins à risque et que à cause d un manque d information certaines personnes ne savent même pas qu il y a un réel risque de maladie )

Il y a 2 mois
Méluma Mala
Méluma Mala

Sauf que les risques d' une grossesse sont beaucoup plus important que d' avoir une MST , d' où cette peur pour les filles . Puisque environ une femme sur trois avortent au cours de sa vie . Et le préservatif masculin est assez peu fiable en terme de contraception par rapport aux dispositifs intra-utérin et implant et même pilule . De plus on peut tout a fait cumuler préservatif masculin et pilule/implant/stérilet c' est même très largement conseillé si vous ne voulez absolument pas de grossesse .Donc non choisir le préservatif comme seul contraceptif est une mauvaise décision ( sauf si vous ne pratiquez quasiment jamais la pénétration ) car les risques de grossesses sont réels . Je rappelle les chiffres , si vous en avez une utilisation optimal ( taille correcte/ pas de type lubrifiant qui abime le préservatif/ on vérifie régulièrement pendant le rapport s il n a pas glissé/ après éjaculation lorsque le partenaire masculin se retire il doit tenir le préservatif ...) . Dans ce cas là l efficacité n est que de 88% ( c est a dire sur un an pour une population de femme fertile 12 seront enceintes ) . Et comme en réalité tout le monde ne prend pas toutes les precautions cotées plus haut cette efficacité tombe environ à 75% . Donc non il faut absolument promouvoir d' autres types de contraception

Il y a 2 mois
christopher lumba
christopher lumba

La vasectomie est irréversible? est-ce comme les pillupes pour les femmes? parce ce que on peut décider d'avoir encore des enfants après une relation ou un nouveau mariage.

Il y a 5 mois
Rakeiryuu Ryuta
Rakeiryuu Ryuta

Oui c'est irréversible étant donné que c'est une méthode de stérilisation

Il y a mois
Nova
Nova

Dommage pour le logiciel propriétaire au début mais très bon podcast

Il y a 11 mois
Lud A
Lud A

Passionnant comme toujours. Mais un regret ( de taille !): Pas un mot sur les sages femmes dont le travail consiste aussi à informer sur la contraception (de façon exhaustive, de préférence), prescrire la pilule, poser des dispositifs intra utérin et des implants contraceptifs, proposer la vasectomie....etc.... Pour un podcast féministe, faire totalement l'impasse sur le rôle des sages femmes ( majoritairement des femmes) pour ne parler que de l'hégémonie des médecins ( figure encore largement associée au masculin) c'est regrettable, voire décevant. Bonne continuation en tout cas, je suis fan de ce podcast.

Il y a an
Tekeonae
Tekeonae

Je crois justement que le but de ce podcast est de se concentrer sur les hommes et la masculinité. Si le sujet serait également très intéressant, peut-être s'éloignerait-il trop de la ligne éditoriale du podcast ?

Il y a 16 jours
François Cardinaud
François Cardinaud

Très bon podcast comme d'habitude, mais malheureusement je trouve que cet épisode soit moins objectivement justifiable que les autres. - La première incohérence que j'ai relevée est que le "corps des hommes est sacré et que l'on n'y touche pas". Ceci est faux, puisque la circoncision - qui est une procédure aux conséquences non-négligeables et imposée exclusivement et sans consentement aux hommes, est acceptée par notre société au point de ne même plus se soucier des soucis d'éthique qui se cachent derrière (mais bon, ça reste aussi un autre débat, et l'attention de notre société est actuellement davantage portée sur la circoncision féminine qui est effectuée en Afrique et en Asie). - Deuxième incohérence : vous soutenez que les hommes devraient assumer la responsabilité de la contraception car les conséquences qui en découlent (grossesse) concernent les deux personnes du couple. Néanmoins, vous soutenez dans un autre épisode aussi que dès lors qu'une grossesse a lieu, l'homme perd tout pouvoir dans la décision d'avorter ou de garder l'enfant. Nous admettons naturellement qu'il est impossible d'imposer aux femmes d'avorter ou de garder un enfant contre leur gré, puisque celui-ci se développe dans leur corps qui leur appartient pleinement. Néanmoins, il est aussi courant d'admettre qu'un retrait de droits implique naturellement une absence de responsabilités. Ainsi, le discours que vous tenez semble exiger que les hommes assument autant de responsabilités que les femmes en amont (lors du rapport sexuel), mais que l'on leur retire tout droit de décision sur ce qui se passe après une grossesse non désirée, même s'ils ont pris autant - et même davantage - de précautions quant à la contraception. On dirait couramment ici que cet argument exige que les femmes aient "le beurre, et l'argent du beurre", ce qui ressemble plus à une injustice qu'à un véritable désir d'égalité. Une solution simple serait de retirer l'obligation faite aux hommes d'assumer la paternité (financièrement) de l'enfant si celui-ci est gardé par la femme contre le gré du père. -Troisièmement, la seule méthode contraceptive que vous proposez aux hommes (en excluant bizarrement le préservatif masculin), est tout simplement la vasectomie, qui est une methode contraceptive que vous affirmez être théoriquement DÉFINITIVE. Je ne comprends pas comment vous pouvez affirmer aussi simplement que la vasectomie est une méthode de contraception équivalente à la multitude de méthodes hormonales et mécaniques non-définitives offertes aux femmes, tout en affirmant que le fait qu'elles aient davantage de choix que les hommes soit en fait une injustice qui leur est faite. Généralement, on admet que le groupe social ayant moins de choix et de pouvoir de décision est désavantagé (voire opprimé lorsqu'il s'agit de femmes). En conclusion, j'ai donc trouve ce podcast mal argumenté et trop idéologique, avec des interprétations biaisées. Je n'y ai pas décelé autant d'effort de réflexion et de questionnement que danses autres épisodes. Comme je l'ai dit précédemment, si l'on désire responsabiliser les hommes, je pense qu'il faut aussi faire des compromis quant aux pouvoir de décision qu'on leur donne, tout en prenant en compte les différences biologiques qui induisent une asymétrie des conséquences physiologiques entre les deux personnes du couple. (Et en se permettant d'avoir recours a davantage d'honnêteté intellectuelle). Néanmoins, merci pour vos podcasts et pour les réflexions intéressantes qui en découlent !

Il y a an
Atlante042
Atlante042

Si les hommes se protègent en amont, ils n'auront pas le soucis de la paternité imposée :) ça règle le problème. Ensuite si on a des rapports avec une personne de confiance, elle n'imposera pas à l'homme de reconnaitre l'enfant si elle choisit de le garder. Concernant les contraceptions réversibles pour les hommes, voici celles qui sont dispo en France (hors préservatif) http://www.contraceptionmasculine.fr/

Il y a an
Tonton Red Pill #Mgtow
Tonton Red Pill #Mgtow

Hors de question que je confie mon avenir à la seule responsabilité d'une femme ! Si elle ne le veut pas (et que lui le veut) elle ne l'aura pas. Si elle le veut et que l'homme ne le veut pas, ça vie à lui est foutu. Ne faite pas confiance aux femmes sur ce sujet là, (et d'autres) une fois enceinte elles perdent tout contrôle rationnel.

Il y a an
E R
E R

L'idiotie de la manosphere /20

Il y a 3 mois
Nova
Nova

cliché/20

Il y a 11 mois
JEMAYA Innovations
JEMAYA Innovations

Une contraception masculine simple, réversible et efficace : www.jemaya-innovations.com/fr

Il y a an
christopher lumba
christopher lumba

mercu pour l'info

Il y a 5 mois
Cyril Coste
Cyril Coste

je suis mega interesse par ca, mais comment etre sur que c'est scientifiquement sur ? genre.. j'aimerais pas prendre gratuitement un risque de fertiliser ma compagne juste parce que j'ai cru a un produit marqueting .

Il y a 9 mois
JEMAYA Innovations
JEMAYA Innovations

Merci d'avoir mentionné le boxer thermique de JEMAYA Innovations

Il y a an
Snoey76
Snoey76

Contraception ultime : MGTOW

Il y a an
Tonton Red Pill #Mgtow
Tonton Red Pill #Mgtow

On protège surtout notre rectum avec cette philosophie de vie. Coût du mariage, de l'enfant, du crédit maison, des vacances, du divorce, pensions, etc etc etc

Il y a an
Anna-Lise et le Genre
Anna-Lise et le Genre

Je vois certains dire que, si les femmes estiment que leur corps leur appartient, cela implique que c'est à elles seules d'assumer la contraception. Mais cette logique est fondamentalement biaisée. Les hommes aussi disposent de leur corps et, jusqu'aux dernières nouvelles, la procréation se fait à deux. Cela signifie-t-il que le poids de la contraception doit leur revenir sans partage ? Je pense qu'on peut partir d'un principe moral simple : chacun.e est libre de faire ses choix pour son corps, car celui-ci lui appartient. Ainsi, personne ne peut impunément forcer quiconque à prendre ou à ne pas prendre une contraception, à pratiquer ou à ne pas pratiquer une IVG : la décision doit être strictement personnelle. De même, mentir à son ou sa partenaire au sujet de l'usage d'une contraception en vue de la faire tomber ou de tomber soi-même enceinte est une forme de coercition inacceptable. Si on s'accorde là-dessus, cela a deux effets d'après moi : - une femme qui ne voudrait pas tomber enceinte mais qui ne souhaiterait pas utiliser de contraception féminine (pour des raisons personnelles, médicales, religieuses, etc.) n'a pas a y être contrainte par son partenaire sous prétexte que ce serait "à la femme de s'en charger". - un homme peut prendre une contraception s'il le souhaite, que sa partenaire en prenne déjà une ou non. Personne n'a à l'y contraindre. S'il pense que ce serait "à la femme de s'en charger", il y a de fortes chances qu'il refuse de prendre part à la contraception du couple. Mais malheureusement, on n'y peut rien si c'est un homme avec des idées arriérées et machistes. En conclusion, la contraception peut être l'affaire de chacun.e dans un couple hétérosexuel. En faire le devoir de la femme parce qu'elle tient à disposer de son corps est un pur sophisme aux relents antiféministes.

Il y a an
sanzarak
sanzarak

Un homme parfaitement d'accord avec toi ! ❤ Un petit blâme pour le côté vindicatif, mais sinon rien à redire 👍

Il y a 8 mois
Voix catholiques pour notre temps
Voix catholiques pour notre temps

Bonjour Anna-Lise. Je me permets de rebondir sur votre commentaire car j'y vois des éléments que je partage, et d'autres non, et cela me semble mériter d'être dit. Pour commencer, je ne pense pas qu'on puisse mettre sur le même plan la question de la contraception et celle de l'IVG. Dans le premier cas, on met une barrière physique ou chimique à la fécondation, dans le second cas, on inflige la peine de mort à l'enfant qui est né d'une fécondation. Ce n'est tout de même pas exactement la même chose. Cela étant dit : en ce qui concerne la question de l'IVG, il y a au moins quatre personnes impliquées dans la décision : la maman, bien sûr, mais aussi le papa, l'enfant à naître, et la personne qui va pratiquer l'IVG. Cette décision ne peut tout simplement pas être strictement personnelle, c'est une impossibilité. On peut en revanche orchestrer toute une propagande pour parvenir à convaincre la majorité de la population que c'est le cas ("Mon corps m'appartient", etc.). Il n'en reste pas moins qu'il s'agit d'un acte dont la portée dépasse très largement la question du féminisme et des droits de la femme (même s'il est vrai qu'historiquement, ce sont surtout les femmes qui ont eu à porter le fardeau de la responsabilité de ces actes). On ne peut pas la traiter sous l'angle de la liberté individuelle, comme vous le faites. C'est beaucoup plus complexe. Pour ma part, je souhaite que le débat soit de nouveau ouvert. Avec les apports du féminisme et un peu de volonté politique, il devrait être tout à fait possible d'arriver à une situation plus satisfaisante que l'hécatombe actuelle (plus de 200 000 avortements par an en France...). En ce qui concerne la contraception... Je suis très surpris, vu l'engouement actuel pour tout ce qui est naturel, non chimique, et paritaire, que si peu de gens s'emparent des méthodes élaborées au sein des milieux médicaux et intellectuels catholiques. A ma connaissance, c'est là que l'on trouve la seule méthode de régulation des naissances opérationnelle qui implique activement à la fois l'homme et la femme : la méthode Billings. Pourquoi est-elle si peu connue ? Mystère... ans jouer le complotiste de service, peut-être parce que le marché de la pilule est trop important, ou que la stabilité relationnelle qu'implique l'utilisation de la méthode Billings est trop contraignante pour l'air du temps. Ceci dit, pour les couples stabilisés, je ne vois rien de mieux, et cela résoud(rait) pas mal des questions que pose l'émission.

Il y a an
Tonton Red Pill #Mgtow
Tonton Red Pill #Mgtow

Hors de question de faire confiance aux femmes et leurs sauts d'humeur sur ce sujet là. #vasectomie comme ça on est tranquille !

Il y a an
MrSylgood
MrSylgood

c est pas les hommes qui tombe enceinte, donc c est normal qu il ne se sente pas concerné par la contraception sa fait je ne sait combien de temps qu elle nous rabache que leurs corps leur appartient,donc elle ont qu a y faire attention

Il y a 2 ans
sowa seven
sowa seven

Si ta femme avorte pas la peine de lui dire qu'un enfants ça se fait à deux 😉 puisque sa reviens uniquement à sa responsabilité

Il y a 7 mois
Eric 73
Eric 73

D Vi Pourquoi pas, mais encore faudra-t-il retrouver le bon.

Il y a an
Eric 73
Eric 73

tijini375 Vous faites partie de ces femmes ayant avorté sans. L’avoir réellement désiré. Un cas de figure sans doute courant. Mais dont les féministes ne parlent jamais, leur tabou. Aussi tabou que l’avortement de fœtus féminins en Chine et en Inde. A qui le féminisme veut-il du bien finalement?

Il y a an
tijini375
tijini375

@BERGOT Vidéos et donc pour toi si je comprends bien finalement la femme devrait être la seule responsable de la contraception ? Parce que les deux ne doivent pas ce pourrir la santé comme ça, mais voyons c'est tellement plus logique... Sache que la pilule n'est pas efficace à 100% que malgré qu'une femme prend la pilule, elle peux tomber enceinte pour de multiples raison, elle a été malade, la pilule n'est pas bien dosée, prise au mauvais moment, etc... Donc je dis que si l'homme prenait aussi une sorte de pilule finalement, le risque de grossesse non désirée serait bien plus faible

Il y a an
Anna-Lise et le Genre
Anna-Lise et le Genre

Je vois certains dire que, si les femmes estiment que leur corps leur appartient, cela implique que c'est à elles seules d'assumer la contraception. Mais cette logique est fondamentalement biaisée. Les hommes aussi disposent de leur corps et, jusqu'aux dernières nouvelles, la procréation se fait à deux. Cela signifie-t-il que le poids de la contraception doit leur revenir sans partage ? Je pense qu'on peut partir d'un principe moral simple : chacun.e est libre de faire ses choix pour son corps, car celui-ci lui appartient. Ainsi, personne ne peut impunément forcer quiconque à prendre ou à ne pas prendre une contraception, à pratiquer ou à ne pas pratiquer une IVG : la décision doit être strictement personnelle. De même, mentir à son ou sa partenaire au sujet de l'usage d'une contraception en vue de la faire tomber ou de tomber soi-même enceinte est une forme de coercition inacceptable. Si on s'accorde là-dessus, cela a deux effets d'après moi : - une femme qui ne voudrait pas tomber enceinte mais qui ne souhaiterait pas utiliser de contraception féminine (pour des raisons personnelles, médicales, religieuses, etc.) n'a pas a y être contrainte par son partenaire sous prétexte que ce serait "à la femme de s'en charger". - un homme peut prendre une contraception s'il le souhaite, que sa partenaire en prenne déjà une ou non. Personne n'a à l'y contraindre. S'il pense que ce serait "à la femme de s'en charger", il y a de fortes chances qu'il refuse de prendre part à la contraception du couple. Mais malheureusement, on n'y peut rien si c'est un homme avec des idées arriérées et machistes. En conclusion, la contraception peut être l'affaire de chacun.e dans un couple hétérosexuel. En faire le devoir de la femme parce qu'elle tient à disposer de son corps est un pur sophisme aux relents antiféministes.

Il y a an
Kuro RyuTaiji
Kuro RyuTaiji

Le soucis de la vasectomie c'est qu'elle est réversible en moyenne dans 4 cas sur 5. Soit une personne sur cinq sera stérile à vie. Je considère que ça n'est pas une solution réellement envisageable en réalité à moins d'avoir 45 ans et de ne plus vouloir d'enfants pareil pour la ligature des trompes (mais je suis pour qu'elles soient proposées). Le vasalgel semble être une bonne idée en sois. Le slip remonte testicules bon...Je pense qu'il ne sera jamais réellement démocratisé en tant que grande méthode car ça prend plusieurs mois pour être efficace et ça n'est pas forcément sexy voir ridicule (un épisode sur le manque d'aspect sexy de l'homme dans la société y compris concernant la lingerie masculine pourrait être pertinent). La pilule masculine est une de mes attentes personnelles, sans effets secondaires sur la libido bien entendu (pareil pour les femmes). Je pense que c'est ce qui se démocratiserai le plus et à raison. Enfin, pour les pratiques sexuelles il est vrai que y a beaucoup de tabous, notamment masculins. Exemple: la stimulation de la prostate qui donne de très loin les meilleurs orgasmes masculins qui est malheureusement vu comme homosexuel. Alors que non, ça ne l'est pas, au même titre que de stimuler le clitoris de sa partenaire n'est pas homo. Enfin, en réalité on accepte pas de toucher aux organes génitaux masculins sauf quand il s'agit de la circoncision qui est surement un des gros problèmes aujourd'hui concernant la masculinité. Puisqu'on enlève une partie importante du pénis de la personne: son prépuce [émetteur sensoriel principale du pénis avec le frein, très loin devant le gland contrairement aux idées reçues] et c'est généralement sans consentement (3ème, 7ème, 8ème jours après la naissance et généralement dans la petite enfance ). Et dans les pays où elle est majoritaire les individus intacts peuvent êtres considérés comme non virils (et donc par exemple se faire traiter de "pd" comme c'est le cas aux Philippines) et donc toujours dans cette invective à la virilité constante. Un épisode sur ce fléau qui enlève le droit à des individus de disposer de leur corps, c'est une optique féministe qui devrait vraiment être traité sérieusement en supprimant tout les clichés autour (exemple: "Le prépuce est pas hygiénique", alors qu'en réalité c'est tout le contraire). Sinon bonne vidéo globalement, comme d'hab'.

Il y a 2 ans
PlasticTounu
PlasticTounu

@Kallysto calme toi, tant de haine dans ta réponse. Personne ne t'as dit que tu ne pouvais te faire stériliser dès t'es 18 ans. Une grande partie des gens ont des enfants entre 18 et 45 ans et beaucoup souhaitent encore en avoir aujourd'hui même. D'un point de vu statistiques sur la population la stérilisation n'est effective pour un grand nombre qu'après avoir pris la décision de ne plus avoir d'enfant biologique. J'en reviens pas qu'on puisse prendre personnellement et ceux aussi violemment un commentaire neutre et même plutôt bienveillant.

Il y a 12 jours
Amélie Perrotin
Amélie Perrotin

Je suis juste pas d'accord avec toi sur le fait que tu souhaites normaliser le fait qu'un individu à le droit de stopper sa stérilité qu'à partir de 45 ans. C'est encore une fois une valeur subjective que certaines personnes veulent imposer à la totalité de la société. Un individu doit rester le seul maître de son corps et personne n'a le droit de dire/décider à sa place si oui ou non il souhaite ou souhaitera avoir des enfants. C'est porter atteinte à l'intégrité physique d'une personne, lui manquer de respect en la déresponsabilisant de son propre corps. Personnellement, je ne supporte pas les enfants (même ceux de ma propre famille), je n'ai absolument pas d'instinct maternel ( rien que le terme est sexiste) mais plutôt anti-maternel vu mes réactions face aux enfants. Depuis toute petite je ne supporte pas la présence de plus petit que moi ( proportionnel avec la maturité des gens en grandissant bien sûr) et voir une femme enceinte me met mal à l'aise et le pire du pire c'est les scènes d'accouchements ou d'insinuations d'accouchements ( les sons hors vision) où je suis obligée de détourner la tête, de me boucher les oreilles car je trouve ça insupportable et traumatisant digne d'un film d'horreur de torture. En aucun cas je supporterai subir ça ou vivre avec un enfant. J'ai 21 ans et j'aimerai bien me faire ligaturer les trompes et ça me met profondément en colère lorsque quelqu'un se permet de me dire à ma place "tu changeras d'avis plus tard" , c'est très insultant et révoltant. Sous prétexte que certains individus pensent d'une manière par rapport à leur personnalité et vision des choses, ils imposent la même vision et comportements liés à un autre individu, ne serait-ce que par le jugement qui conduit à ce genre de proposition de loi que tu viens de faire de restriction des droits des individus sur leur propre corps.

Il y a an
Atlante042
Atlante042

Je doute qu'une pilule sans effet sur la libido soit possible... sans compter l'impact dévastateur sur le corps, comme c'est le cas avec les femmes. A partir du moment où on agit sur le système endocriniens, ça craint. Pour le slip thermique je ne comprends pas ce qui est ridicule, surtout qu'il faut porter un boxer par dessus donc on ne le voit pas. Ça me parait être la contraception idéale comme il n'y a aucun effet sur la santé ni l'environnement, et très simple d'utilisation. Puis faut bien se mettre en tête qu'aucune contraception masculine (autre que barrière) ne pourra être efficace immédiatement puisque le cycle de production des spermatozoïdes prend plusieurs mois :/ A noter également que la contraception masculine thermique peut se faire avec l'andro-switch, qui reprend le même principe mais qui est plus discret puisque c'est juste un anneau en silicone, qui peut aussi servir de sextoy par ailleurs (donc plus sexy?).

Il y a an
Anna-Lise et le Genre
Anna-Lise et le Genre

Concernant la stérilisation, si je vous suis dans votre logique, on devrait : - contraindre les personnes à attendre d'avoir 45 ans, donc à utiliser la contraception "classique" pendant environ 30 ans de leur vie - limiter l'accès à la stérilisation aux personnes ayant déjà eu des enfants (vous dites "ne plus vouloir d'enfants" et pas "ne pas vouloir d'enfant") La loi autorise actuellement la stérilisation dès 18 ans, sans condition. Ne pensez-vous pas que des adultes en âge de voter sont capables de décider pour eux-mêmes s'ils ne veulent pas ou plus d'enfants ? La quasi-irréversibilité n'est pas vraiment un obstacle. Généralement, on ne freine pas les gens qui veulent des enfants en leur disant que c'est irréversible. Pourtant, à moins de commettre un infanticide, ce choix est on ne peut plus définitif... Ne croyez-vous pas que la loi actuelle est juste (hormis le délai de réflexion et le fait qu'en réalité beaucoup de gynécologues refusent de pratiquer ces opérations) ? Pourquoi des personnes qui, comme moi, n'ont jamais souhaité d'enfant de leur vie devraient-elles subir la prise de contraception une bonne partie de leur vie alors qu'il existe une solution définitive ? Je dis cela sans méchanceté, en espérant vous faire réfléchir à quelques contre-arguments vis-à-vis de votre position. :)

Il y a an
Kallysto
Kallysto

et si tu foutais la paix aux gens ? On a le droit de ne pas vouloir d'enfant et ce dès notre plus jeune âge. On a donc le droit de se faire stériliser dès qu'on le souhaite. Donc dès nos 18 ans si ça nous chante. Tout le monde n'a pas envie d'avoir des gosses. Et on n'est pas forcément des crétins qui savent pas ce qu'ils veulent et qui changent d'avis toutes les 15 minutes.

Il y a an

Prochain

Cours particulier avec Eric Fassin (1/2)

42:47

Cours particulier avec Eric Fassin (1/2)

Les couilles sur la table

Vues 18 k

Educations viriles

31:31

Educations viriles

Les couilles sur la table

Vues 25 k

La grève des femmes, Suisse repetita (1/3)

29:51

La grève des femmes, Suisse repetita (1/3)

Les couilles sur la table

Vues 5 k

Des chaussettes et des hommes

33:09

Des chaussettes et des hommes

Les couilles sur la table

Vues 26 k

Cro-Magnon, ce gentleman

35:01

Cro-Magnon, ce gentleman

Les couilles sur la table

Vues 11 k

Ligue du LOL : la force du Boys’ Club

1:04:37

Ligue du LOL : la force du Boys’ Club

Les couilles sur la table

Vues 18 k

Il a bu son verre comme les autres

49:05

Il a bu son verre comme les autres

Les couilles sur la table

Vues 16 k

Masculinités asiatiques

55:59

Masculinités asiatiques

Les couilles sur la table

Vues 14 k

Cours particulier avec Didier Eribon (1/2)

58:05

Cours particulier avec Didier Eribon (1/2)

Les couilles sur la table

Vues 13 k

Prostitution : ceux qui disent oui, ceux qui disent non

34:42

Les gars du coin

39:29

Les gars du coin

Les couilles sur la table

Vues 19 k

Vikken - Portrait d'un homme trans

32:27

Vikken - Portrait d'un homme trans

Les couilles sur la table

Vues 10 k